La dîme, la quête et les offrandes

La Dîme permet à la paroisse de continuer à répondre à sa mission de proposer Jésus et ses valeurs et de faire connaître la confiance et l’espérance que la foi en ce Jésus apporte.

Les sommes d’argent reçues par le biais de la Dîme permettent d’assurer les différents services qu’exige la vie communautaire dans son ensemble et, en particulier, la dimension pastorale. Elles aident aussi à subvenir à tous les frais d’entretien, de chauffage, d’électricité, d’assurance, de téléphone. Elles permettent d’assurer les salaires des prêtres, agent(e)s de pastorale, secrétaires, concierges… Elles soutiennent toutes les activités paroissiales dont l’organisation nécessite toujours des déboursés.

La Dîme, aussi appelée contribution annuelle est une contribution volontaire qui sert à soutenir une paroisse.

La Dîme n’est pas suffisante et elle ne couvre qu’une partie importante des charges. Les diocèses, les paroisses et les prêtres ont d’autres ressources, principalement les quêtes, les offrandes de cérémonies et les offrandes de messes, les legs et donations. C’est l’ensemble de ces recettes qui permet financer l’ensemble des besoins pastoraux de l’Église. Mais la Dîme en constitue la part la plus importante dans la quasi-totalité des diocèses!

Quête

La quête constitue un moment important des célébrations.                

C’est un geste que nous posons librement à chaque fois que nous sommes présents à une célébration, un geste de responsabilité, un geste d’aspect matériel qui vient aider la paroisse à rencontrer les dépenses ordinaires et imprévues. En apportant votre contribution, vous témoignez de votre désir de maintenir très vivante la communauté à laquelle vous participez.

Contrairement à la Dîme, qui est une contribution annuelle des paroissien(ne)s qui assure un revenu plus stable et plus prévisible, la quête vient assurer l’équilibre budgétaire des différentes activités.

En participant à la Dîme et aux quêtes (avec enveloppes ou numéros pour vous identifier) vous pouvez bénéficier d’un reçu aux fins de l’impôt. Avec ce reçu, vous pouvez récupérer une partie importante de vos dons faits à la paroisse. Le geste que vous posez assure la continuité dans les services offerts.

La dimension chrétienne de la dîme, de la quête et offrandes  : ancrage théologique

La lecture attentive des Écritures nous rappelle la légitimité de nos sollicitations. Dans les Actes des Apôtres (Ac 11,27-30) : à Antioche, on annonce une famine à Jérusalem et les chrétiens décident de venir en aide aux frères de Jérusalem et de Judée. Ce sont Barnabé et Saul qui sont chargés de d’acheminer les dons récoltés. Il s’agit déjà d’une solidarité lointaine de la communauté chrétienne.

Saint Paul aux Galates 6-6 : « Que celui qui reçoit l’enseignement de la Parole fasse une part de tous ses biens en faveur de celui qui l’instruit ». Saint Paul toujours, dans la première Lettre aux Corinthiens (1 Co 9,10-14) nous dit : « si nous avons semé pour vous les biens spirituels, serait-il excessif de récolter des biens matériels ? ».

Jésus, dans l’Évangile selon Saint Matthieu, nous dit que « l’ouvrier mérite son salaire » (Mt 10, 10). Cette contribution est à la fois conforme au droit canonique et au droit civil. Le canon 222 § 1 dispose, en effet, que « les fidèles sont tenus par obligation de subvenir aux besoins de l’Église afin qu’elle dispose de ce qui est nécessaire au culte divin, aux œuvres d’apostolat et de charité, à l’honnête subsistance de ses ministres. »

Activités à Saint-Germain

juillet 2020
D L M M J V S
« Juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Articles archivés

+